Benecol_Website_Stage_FR

Tout savoir sur le cholestérol

Apprenez-en davantage sur le cholestérol et passez à l’action.

Cholestérol – signification et fonction

Le cholestérol est une substance grasse présente dans toutes les cellules du corps humain où elle remplit d’importantes fonctions. Le cholestérol participe p. ex. à la construction cellulaire. Il est également un composant essentiel de nombreuses hormones. Notre corps produit le cholestérol en grande partie lui-même, principalement dans le foie. Le reste provient de notre consommation de produits d’origine animale. Les aliments d’origine végétale tels que les fruits, légumes, céréales, noix et huiles végétales ne contiennent pas de cholestérol. Le corps ne peut pas fonctionner sans cholestérol. Cependant, trop de cholestérol peut entraîner un rétrécissement des vaisseaux sanguins et augmente ainsi le risque de maladies coronariennes.

Le «bon» et le «mauvais» cholestérol

Le cholestérol n’étant pas soluble dans l’eau, il est transporté dans le corps par des protéines que l’on appelle lipoprotéines: LDL (Low Density Lipoprotein = lipoprotéine de basse densité) et HDL (High Density Lipoprotein = lipoprotéine de haute densité). Les fonctions du cholestérol HDL et LDL dans le transport au sein du corps étant différentes, ceux-ci sont souvent qualifiés de «bon» et «mauvais» cholestérol.
S’il y a trop de «mauvais» cholestérol LDL dans votre sang, l’excédent se dépose sur les parois des vaisseaux, entraînant ainsi une réduction de leur diamètre (artériosclérose). A l’inverse, le «bon» cholestérol HDL ramène le cholestérol en excès vers le foie via la circulation sanguine et lutte ainsi contre l’effet de rétrécissement des vaisseaux sanguins. La règle d’or pour un bon taux de cholestérol:

  • Le cholestérol total et le «mauvais» cholestérol doivent être bas.
  • Le «bon» cholestérol doit être haut.

Maladies cardio-vasculaires
Pas de vie possible sans cœur et circulation sanguine. Jour après jour, notre système cardio-vasculaire alimente notre corps en oxygène et achemine les nutriments vers nos cellules. En ce sens, notre cœur accomplit de véritables prouesses. Un cœur fonctionnel est indispensable à la vie, les maladies cardiaques représentent donc des dangers de mort qu’il faut prendre au sérieux. La maladie cardio-vasculaire la plus fréquente est la maladie coronarienne, lors de laquelle des dépôts rétrécissent les artères et nuisent ainsi à l’afflux sanguin vers le cœur. Un infarctus peut en être la conséquence.

Le cholestérol – un facteur de risque de maladies cardio-vasculaires
Il y a plusieurs facteurs de risque qui ont des répercussions importantes sur la santé du cœur. Un taux élevé de cholestérol est l’un d’entre eux. Dans ce cas, l’excès de cholestérol s’accumule dans les parois des vaisseaux sanguins et provoque une réduction de leur diamètre, ce qui gêne l’afflux sanguin vers le cœur. D’autres facteurs de risque déterminants pour la santé cardiaque sont p. ex. l’âge, le sexe, le caractère héréditaire, le surpoids, le tabagisme, le stress et l’hypertension artérielle. Plus vous présentez de facteurs potentiels, plus le risque de maladie est important.

“Faites quelque chose pour la santé de votre cœur, il vous en remerciera!”

L’âge, le sexe et les gènes sont prédéfinis et ne peuvent donc pas être influencés, mais d’autres aspects, tels que:

  • un taux de cholestérol total et LDL élevé
  • le surpoids
  • le tabagisme
  • le stress
  • l’hypertension artérielle

peuvent être largement modifiés et améliorer de façon décisive votre santé et votre qualité de vie par de simples changements dans votre alimentation et votre style de vie.

L’hypercholestérolémie a longtemps été le bouc émissaire dans les maladies cardiovasculaires. Nous savons aujourd’hui que les antécédents médicaux personnels et familiaux, le tabagisme, l’hypertension, le surpoids et le manque d’activité physique sont les principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. Mesurer les taux de cholestérol est insuffisant. Il faut considérer le patient dans sa globalité et évaluer son état de santé général.

Le médecin réalise un bilan lipidique pour mesurer le cholestérol total, le cholestérol LDL (Low Density Lipoprotein) et le cholestérol HDL (High Density Lipoprotein). Le cholestérol LDL transporte le cholestérol produit dans le foie vers les organes. Le cholestérol HDL ramène le cholestérol en excès vers le foie. C’est pour cette raison qu’un taux de HDL élevé est toujours perçu plus positivement qu’un taux de LDL élevé. Le médecin détermine le rapport HDL/LDL et parle ensuite de «bon» et de «mauvais» cholestérol pour une meilleure compréhension. Cette formulation est facilement compréhensible par un profane, mais elle n’est pas tout à fait correcte. L’organisme a besoin des deux types de cholestérol pour maintenir ses fonctions vitales. Les taux de cholestérol LDL et HDL sont en outre des éléments importants à prendre en compte dans l’évaluation de la situation globale sur le plan médical.

Le cholestérol élevé a des causes variées

Plus de la moitié du cholestérol est produit par notre organisme dans le foie (env. 60 à 75 %). Le reste est apporté par l’alimentation. Lorsque l’organisme ne parvient plus à actionner correctement les mécanismes de régulation qui en découlent, le cholestérol augmente. Le cholestérol élevé a généralement plusieurs causes. En médecine, on distingue donc les formes suivantes:

Si une alimentation et un mode de vie peu sains sont temporairement la cause de l’élévation du taux de cholestérol, on parle d’hypercholestérolémie réactive-physiologique. Dans ce cas, équilibrer son alimentation et améliorer son style de vie peuvent nettement réduire le cholestérol.

L’hypercholestérolémie peut également avoir des causes purement héréditaires. Dans ce cas, on parle d’hypercholestérolémie primaire. Une cause génétique explique le taux de cholestérol élevé, peu importe si les personnes concernées sont en bonne santé à part cela, si leur mode de vie est sain ou si elles veillent à une alimentation équilibrée. L’hypercholestérolémie familiale fait également partie du groupe de l’hypercholestérolémie primaire. Elle est caractérisée par un trouble de l’élimination du cholestérol LDL  L’hypercholestérolémie familiale est plus ou moins marquée selon qu’un seul ou les deux parents sont porteurs de ce matériel génétique.

Lorsque le surpoids, les médicaments ou d’autres maladies (p. ex. une maladie rénale ou thyroïdienne) sont la cause de l’excès de cholestérol, on parle d’hypercholestérolémie secondaire. Une hypercholestérolémie secondaire peut aussi apparaître pendant la grossesse ou à la ménopause en cas de prédisposition.

Les formes mixtes peuvent avoir simultanément des causes héréditaires, liées à une maladie ou réactives-physiologiques (c’est le cas des habitudes alimentaires peu saines). Plusieurs facteurs de risque, notamment certains médicaments et le surpoids, peuvent favoriser l’apparition d’une hypercholestérolémie même s’il n’y a pas de prédisposition héréditaire.

Une chose est sûre: un mode de vie sain et une alimentation équilibrée ont une influence positive sur notre cholestérolémie mais aussi sur notre système cardio-vasculaire, quels que soient nos antécédents familiaux. En général, il est possible de réduire le cholestérol LDL jusqu’à 10 % en changeant ses habitudes alimentaires et son mode de vie. Suivant la cause et la valeur de départ, cette amélioration seule ne suffit toutefois pas à baisser le cholestérol comme souhaité et/ou à réduire le profil de risque individuel. Dans ce cas, le médecin décide des prochaines étapes de la thérapie et de l’administration d’un médicament, le cas échéant. Améliorer son style de vie et son alimentation fait donc partie intégrante du concept thérapeutique individuel prescrit par un médecin et cela n’exclut en aucun cas un traitement médicamenteux en cas de besoin.

Les stanols végétaux

L’effet anti-cholestérol des stanols végétaux ainsi que leur sécurité ont été démontrés dans plus de 70 études cliniques publiées. Ces études montrent que la consommation quotidienne de 2 g de stanols végétaux réduit de 7 à 10 % le cholestérol total et le cholestérol LDL. Le cholestérol HDL qui est bénéfique n’a pas évolué dans la plupart des études.

Les stanols végétaux, également appelés phytostanols, sont des substances d’origine végétale. Ils sont naturellement présents dans certains aliments, p. ex. les céréales, le soja ou le seigle. L’apport provenant d’une alimentation normale ne suffit toutefois pas à faire baisser de manière significative le taux de cholestérol. C’est pour cela qu’il peut être utile de consommer des stanols végétaux par le biais d’aliments spécialement enrichis (p. ex. Benecol®).

La structure des stanols végétaux est très proche de celle du cholestérol. C’est pour cette raison que les stanols végétaux peuvent expulser le cholestérol hors des micelles. Les micelles sont les systèmes de transport du corps humain qui transportent le cholestérol et d’autres substances liposolubles vers la paroi intestinale et assument ainsi une tâche importante. Dans les cellules de la muqueuse intestinale, l’activation de systèmes de transport bien précis assure le retour du cholestérol dans l’intestin et, enfin, son élimination de l’organisme. Il en résulte une réduction des taux de cholestérol total et LDL, qu’ils proviennent de notre propre corps ou de l’alimentation. Les stanols végétaux sont éliminés dans leur quasi-intégralité.

Efficace pour chaque mode d’alimentation
L’effet anti-cholestérol des esters de stanols végétaux a été démontré pour différents modes d’alimentation: non seulement lorsque l’alimentation était saine et pauvre en matières grasses, mais aussi lorsqu’elle était typiquement occidentale. L’effet anti-cholestérol des stanols végétaux ainsi que leur sécurité ont été démontrés dans plus de 70 études cliniques publiées. Ces études montrent que la consommation quotidienne de 2 g de stanols végétaux réduit de 7 à 10 % le cholestérol total et le cholestérol LDL. Le cholestérol HDL qui est bénéfique n’a pas évolué dans la plupart des études.

Prouvé cliniquement et recommandé dans les directives
Les stanols végétaux inhibent efficacement l’absorption du cholestérol dans le tube digestif. Les preuves cliniques qui démontrent l’effet anti-cholestérol du stanol végétal ont été vérifiées en 2014 par un organisme indépendant pour le compte de la «European Atherosclerosis Society». Conformément aux directives thérapeutiques, cette explication consensuelle confirme que différents groupes de patients profitent des stanols végétaux, également en complément d’un traitement médicamenteux. Des directives de traitement et de prévention suisses et internationales, à l’instar des «European Guidelines on cardiovascular disease prevention in clinical practise (2016)», recommandent également la consommation de stanols végétaux afin de réduire les taux de cholestérol LDL.

L’effet anti-cholestérol est atteint dans un délai de deux à trois semaines et il persiste aussi longtemps que des stanols végétaux sont consommés quotidiennement avec un repas. Les stanols végétaux peuvent être intégrés à tout type d’alimentation ainsi qu’en association avec des statines anti-cholestérol. Les aliments contenant des esters de stanols peuvent compléter l’efficacité d’un traitement médicamenteux du cholestérol, mais ils ne peuvent pas les remplacer. L’effet anti-cholestérol des stanols végétaux a été démontré chez des personnes en bonne santé présentant une hypercholestérolémie et chez différents groupes de patients:

  • les personnes à taux de cholestérol élevé présentant un risque cardio-vasculaire faible ou moyen et qui n’ont pas besoin de médicaments anti-cholestérol;
  • en complément de médicaments anti-cholestérol chez les patients à risque élevé ou très élevé qui n’arrivent pas à atteindre les valeurs cibles de cholestérol LDL avec des statines ou qui présentent une intolérance aux statines;
  • les adultes et les enfants (de plus de 6 ans) atteints d’hypercholestérolémie familiale.

L’effet anti-cholestérol des stanols végétaux de l’ordre de 7 à 10 % trouve des applications multiples, notamment comme traitement complémentaire en cas d’hypercholestérolémie familiale et en association avec un traitement médicamenteux par statines. Si vous prenez déjà un anti-cholestérol, les stanols végétaux peuvent faire baisser davantage votre taux de cholestérol et, dans certains cas, avoir une influence sur le dosage des médicaments. Dans ce cas, vous devriez discuter avec votre médecin de l’opportunité de consommer des aliments enrichis en stanols végétaux.

Non. Les statines empêchent la synthèse du cholestérol dans le foie – contrairement aux stanols végétaux qui bloquent l’absorption du cholestérol dans l’intestin. Compte tenu de leur mécanisme d’action différent, les statines et les stanols végétaux ont une action cumulative sur le taux de cholestérol. Ainsi, lorsque les patients prennent des stanols végétaux en plus des statines qui font baisser le cholestérol, leur taux de cholestérol LDL diminue en moyenne de 10 % supplémentaires. Les stanols végétaux ne peuvent toutefois pas remplacer un traitement médicamenteux.

Lancez-vous dès aujourd’hui!

Votre taux de cholestérol est trop élevé? Faites quelque chose! De simples petits changements progressifs dans votre style de vie et votre alimentation peuvent avoir un grand effet.

Honnêtement – connaissez-vous votre taux de cholestérol?
Un taux de cholestérol élevé est un des principaux facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires. Connaître précisément son taux de cholestérol est donc le premier pas pour combattre les valeurs trop élevées. Le taux de cholestérol est influencé par de nombreux facteurs tels que l’âge, le sexe, les habitudes alimentaires et sportives, la ménopause ou encore le patrimoine génétique. Aujourd’hui, plus de 30% de la population adulte en Suisse présente un taux de cholestérol élevé. De nombreuses personnes ne savent cependant pas que leur taux de cholestérol est trop élevé, car celui-ci n’entraîne pas de symptômes immédiats et passe donc inaperçu.

Faites mesurer votre taux de cholestérol par un professionnel de santé (p. ex. par votre médecin ou dans votre pharmacie) et demandez conseil quant à vos valeurs.

L’excès de cholestérol ne se manifeste par aucun symptôme et les personnes concernées ne se rendent compte de rien. Il est donc fort possible qu’elles ne constatent aucun changement manifeste en termes de bien-être. Les taux de cholestérol et de triglycérides ne peuvent être déterminés que dans le sang. Cela signifie que les taux de lipides élevés sont seulement détectés lors d’analyses de sang ou après un infarctus du myocarde par exemple. Par conséquent, le médecin prescrit des examens complémentaires en cas de doute afin d’analyser le sang et les vaisseaux sanguins. Chez une personne en bonne santé, un taux de cholestérol légèrement élevé s’autorégule relativement bien. Il est toutefois recommandé de faire mesurer son taux de cholestérol tous les cinq ans environ à partir de 45 ans en moyenne. Si des parents proches ont eu un infarctus, un accident vasculaire cérébral ou une occlusion vasculaire avant l’âge de 60 ans, la littérature spécialisée actuelle recommande de mesurer le taux de cholestérol nettement plus tôt. Les personnes ayant des facteurs de risque ou des maladies qui influent sur le cholestérol doivent définir la fréquence de la mesure avec leur médecin. Il faut savoir que les seniors ont en principe toujours des valeurs un peu plus élevées que les personnes jeunes.

Produits

Benecol-Kampagne-2017_big_dfn_fin

Alimentation & mode de vie

Benecol_Website_Teaser-M_Wandern_01

1 2